Le dernier Lapon, d’Olivier Truc ****

truc-lapon

Depuis quarante jours, la Laponie est plongée dans la nuit. Dans l’obscurité, les éleveurs de rennes ont perdu l’un des leurs. Mattis a été tué, ses oreilles tranchées – le marquage traditionnel des bêtes de la région. Non loin de là, un tambour de chaman a été dérobé. Seul Mattis connaissait son histoire. Les Lapons se déchirent: malédiction ancestrale ou meurtrier dans la communauté?

Comme souvent, si le bouquin est excellent, le résumé de la quatrième de couverture n’est vraiment pas à la hauteur. Le livre a reçu deux prix. Mérités: c’est le meilleur policier français que j’ai lu depuis très très longtemps. Depuis une vingtaine d’années en Scandinavie, Truc a construit son livre sur une solide recherche ethnologique de la Laponie et des Lapons. Avec une dose d’histoire des conflits opposant ces derniers arborigènes européens aux peuples modernes – Norvège, Suède et Finlande – qui se sont découpés leur territoire. Et un zeste d’humour. Une très bonne recette.