Les tricheurs, de Jonathan Kellerman ***

les tricheurs

Bien ficelé. Monsieur Kellerman (madame écrit aussi) a déjà pondu 25 romans policiers et ma mémoire étant ce qu’elle est, je crois que je viens de lire mon premier. Prêt à en lire un autre assez vite – et très vite puisque celui-ci m’a duré deux jours, pas plus.

A l’entrée de la salle où l’on passe le bac on doit présenter convocation et carte d’identité. Mais qui scrute sérieusement cette dernière pour savoir si la personne qui entre est bien la même que la personne convoquée? Imaginez par ailleurs un jeune bachelier très brillant dont la famille n’a pas un rond pour payer ses études. Il peut avoir une bourse me direz-vous. Sans doute. Il peut aussi travailler tous les soirs au McDo voisin. Ou bien il peut se couper les cheveux, se les teindre aussi, et passer à votre place le bac avec la mention bien dont vous avez besoin pour intégrer l’école prestigieuse de vos rêves, moyennant une grosse “compensation”… Voyez plus grand: un prof monte sa petite entreprise de triche pour gosses de riches. C’est ce que raconte Kellerman, mode ouest américain, compétition et universités prestigieuses où l’on rentre au compte-gouttes et seulement avec de super notes. Quand l’un des acteurs de cette combine devient trop gourmand, le système déraille…