Les sentiers de la Gardiole

On anticipe les randos du prochain trimestre par une reconnaissance dans le massif de la Gardiole, au nord de Frontignan. Des vues à couper le souffle un beau jour de mistral avec un ciel bleu-bleu-bleu. De Port-Camargue d’un côté, jusqu’au Mont Saint-Loup (Agde) de l’autre, avec les vignes de muscat et les étangs au premier plan… magnifique. On s’intéresse, bien sûr, à la belle ruine de l’endroit, l’abbaye Saint-Felix de Montceau, abbaye bénédictine du XIème siècle, avec des ajouts les siècles suivants, dont une célèbre “enfermerie” que des rénovateurs/restaurateurs mal inspirés ont appelé “infirmerie”. Où a-t-on vu une infirmerie au moyen-âge??? L’enfermerie était destinée à enfermer celles des abesses qui se livraient à des débauches que la morale papale réprouve. Mais comme les abesses étaient des dames de la noblesse dont certaines étaient sans doute placées là à l’insu de leur plein gré, on ne saurait leur tenir rigueur de vouloir danser quelques soirs pour égailler une vie autrement limitée à la contemplation. Nous, nous avons contemplé la vue côté sud et marché plus vite vite côté nord (en fin de parcours) tant le mistral se faisait sentir… à devoir crier pour s’entendre bien que marchant côte à côte.

Photos

DSCN0747
Face nord, en s’éloignant de l’abbaye.
DSCN0751
16kms, 5h de marche (assez rapide), >500m de dénivelé (on monte et on descend sans cesse)… une rando difficile mais avec de bien jolies vues.
DSCN0754
Retour à l’abbaye, avec l’étang de Thau et ses parcs à huîtres à l’horizon.
DSCN0755
L’abbaye Saint-Felix de Montceau (visites guidées le lundi).

Assas

C’était en des temps très lointains et heureusement révolus, où les compétences importaient peu pour occuper un siège de ministre. Et donc un de ceux-ci pouvait, sans faire rire, passer d’un jour à l’autre de l’agriculture à la culture. Raymond Devos était l’homme idéal pour mettre une telle nouvelle en musique. Il arrivait sur scène conduisant une petit tracteur, pout pout pout, arrêtait l’engin, se tournait vers les spectateurs pour annoncer de sa voix forte “et maintenant, je vais passer de l’agriculture à la culture”… il faisait alors pivoter le siège du tracteur pour se retrouver face à la remorque sur laquelle se trouvait sa harpe, et il nous régalait d’un morceau. Avec le même bonheur, les joyeux randonneurs Saussinois du dimanche sont passés aujourd’hui de l’agriculture – amandiers en fleurs, chênes truffiers, vignes, prairies traversées d’un bon pas (le chemin était plat) – à la culture, avec la visite, en fin de parcours, du chateau d’Assas et sa collection de claviers, dont le très fameux clavecin du XVIIIème siècle, dont certains disent qu’il est hanté par le souvenir de Scott Ross. Un grand merci à Madame Demangel qui nous a fait visiter les lieux et au professeur de musique de Montpellier, dont je n’ai pas entendu le nom, qui nous a si gentiment expliqué le fonctionnement du bel instrument et nous a interprété quelques unes des variations Goldberg de Jean Sebastien Bach.

Photos:

DSCN0706
C’est une randonnée… de printemps.
DSCN0713
… qui nous conduit à Saint Vincent de Barbeyrargues, où nous visitons l’église romane du XIIème siècle, et admirons la vue.
DSCN0714
Bon… la vue… il y en a dans le groupe qui ont autre chose à faire que d’admirer la vue…
DSCN0716
Tiens, les sangliers sont passés avant nous !
DSCN0717
de retour à Assas d’où nous étions partis. A droite l’église, ancienne chapelle du chateau.
DSCN0720
Les randonneurs du dimanche marchent trop vite… on doit donc attendre l’arrivée de Madame Demangel.
DSCN0721
J’en profite pour faire une photo d’une des tours médiévales du village.
DSCN0724
et on entre dans les lieux. Ici la salle qui sert pour les petits concerts, tapissées… de toiles peintes représentant les “sciences”.
clavecin-assas
“LE” clavecin.
DSCN0727
… avant notre mini concert, offert pas ce professeur de musique de Montpellier, quelques explications.
DSCN0745
Madame Demangel, ravie de recevoir des visiteurs ravis de l’écouter, nous raconte l’histoire de son chateau.
Plaque Scott Ross
Ce qui suit est en hommage à Scott Ross…
scott-ross-PhotoAlainVillain-EditionsStil
arrivé à 18 ans, et quand il ne jouait pas sur le clavecin…
Rossetleclavecindassas
S. Ross et le fameux clavecin sur lequel il joua 556 sonates de Scarlatti (qui n’en a écrit que 555) sans que personne n’y trouve à redire.
rossetscarlati
couverture de CD…
scott-ross-l-autre-neveu-de-rameau,M56446
Couperin, Rameau, Bach, Händel, Scarlatti…

Sormiou, Morgiou, Sugiton, trois calanques au menu

Malgré quelques petites erreurs comme (1) utiliser le topo du site http://www.eskapad.info ou (2) penser que la signalisation dans les calanques est aussi bien faite que pour toutes les randonnées du Gard ou de l’Hérault et donc (3) partir sans GPS… la journée fut à la hauteur de nos espérances. Ces calanques sont vraiment belles. On a quand même eu un petit faible pour la troisième, le Sugiton, moins profonde, mais plus sauvage (et pas habitée). Seul bémol: elle est très près de l’université et donc assez fréquentée le weekend, même en hiver.

Je reviens sur le topo: dans les grandes lignes, pas trop mal. Mais nous nous sommes quend même perdus deux fois, et la première fois, c’est clairement le topo qui nous a mis dans la m… (=mouise): quand on arrive sur la crête de Morgiou, il y a un gros cairn (rajoutez une pierre) et le topo dit “tournez à gauche sur l’itinéraire 1 bleu”. Ne cherchez pas les numéros (1 bleu, 4 noir, 5 rouge, etc.), il n’y a aucun numéro nullepart. Le coup du bleu à gauche nous emmène à 180° de la destination souhaitée, à savoir la calanque de Morgiou. Après quelques centaines de mètres, c’est assez évident et nous devons faire demi-tour. Pour continuer sur le tracé rouge (le 5?) qui lui, va bien à la calanque.

Dans les calanques, il n’y a aucun panneau d’information indiquant où vous êtes. Des tonnes de panneaux pour signaler qu’on est dans une zone protégée et donc qu’il ne faut pas faire de feu ni camper ni cultiver du cannabis (ces panneaux sont le seul bénéfice bien visible de l’adoption du statut de Parc National en 2012), mais pas un panneau pour vous dire que vous êtes bien au col de machin ou au col de truc. Et le balisage… vous en trouvez de toutes les couleurs. Ne nous a manqué que le rose bonbon. Aucune pancarte de direction comme on en voit partout sur nos PR. Donc le GPS aurait vraiment été utile. Vous croyez que c’est parce qu’il y a déjà trop de visiteurs dans ce parc qu’ils ne font aucun investissement dans la signalisation?

Mais comme je disais, la nature est si belle en cet endroit que malgré tous les pièges pour randonneurs “étrangers”, on en a pleinement profité comme le montrent les photos ci-dessous:

DSCN0668
La calanque de Sormiou (dans la montée vers la crête de Morgiou)
DSCN0674
La même calanque, vue de plus haut… (ne vous méprenez pas sur la qualité du chemin: par endroits, on a carrément fait de l’escalade!)
DSCN0682
Celle-ci, c’est Morgiou.
DSCN0685
Des falaises jusqu’à l’horizon.
DSCN0687
Et beaucoup de massifs pour faire le bonheur des amateurs de varape. On en verra dans plusieurs endroits.
DSCN0690
Descente vers une perle: la calanque de Sugiton.
DSCN0691
au-dessus de Sugiton, en regardant vers le large.
DSCN0693
Il y a un excellent chemin qui mène de l’université à la calanque de Sugiton. Venant de Morgiou, par contre, c’est plus sportif. L’échelle se fait en descente, après un passage où l’on doit s’accrocher à des chaines.
20160123_124552 - copie
Juste avant, j’avais dû ranger les batons…
DSCN0698
Fin d’après-midi à Cassis.
DSCN0699
Le coucher de soleil sur les falaises de Cassis…
DSCN0701
… et sur le port.

Je n’ai pas encore calculé le kilométrage vraiment parcouru, mais on a marché quelque 5h30 (partis de Saussines à 7h30). Avec pas mal de dénivelé. Quelques passages franchement “délicats”. Une rando classée difficile, mais vraiment très belle. La prochaine fois, on ira explorer les autres “petites” calanques plus près de Cassis.

Le chateau de Monlaur

À la fin d’une belle randonnée un peu fraiche sous un grand ciel bleu, et avant la galette des rois dans les locaux bien chauffés de la mairie de Saussines, nous avons eu le plaisir d’une page culturelle avec une charmante archéologue de l’association Montaud Patrimoine (voir lien ci-dessous) participant au projet de consolidation/sécurisation des ruines du chateau de Monlaur.

Grande famille catholique vivant au milieu d’un pays d’hérétiques, les Monlaur avaient beau dominer la plaine et voir leurs ennemis arriver de très loin, les troupes de Rohan ne mirent pas plus de trois jours pour venir à bout de la résistance de la très catholique et royale troupe du marquis de Monlaur. Et comme en ce temps-là le monde se divisait entre des nobles dont la vie n’avait pas de prix et des gueux dont la vie ne valait rien, tous les hommes de Monlaur furent passés par les armes quand la famille de Monlaur pu s’exiler vers des terres plus respectueuses. Le chateau, lui, fut pillé, brulé, en grande partie détruit. On était en 1622. Et quatre siècles plus tard, si les ruines ne fument plus elles sont encore à peu près en l’état ou Rohan les a laissées, à quelques renforcements près réalisés par une association locale (Montaud patrimoine).

fig4_litho

Les randonneurs Saussinois ont pu apprécier la vue (imprenable, elle) depuis le “bureau” du marquis, au premier étage de ce qui reste du chateau. Et ils ont certainement tous eu une pensée émue pour les habitant(e)s de l’époque, qui devaient vivre sinon au moins dormir dans des chambres glaciales non chauffées. D’aucuns esprits malins y auront sans doute deviné l’origine de l’expression “rester couvert”. Quelques chercheurs, parmi eux, auront peut-être été vérifier dans la généalogie des Monlaur que, pendant des siècles, les marquis sont tous nés au printemps…

… avec quelques photos d’aujourd’hui:

DSCN0629
Le printemps en janvier, jusque chez les orchidées sauvages.
DSCN0632
l’entrée principale et, à droite, le “bureau” du marquis
DSCN0634
Notre guide et archéologue nous ouvre les portes…
DSCN0638
…et ensuite on regarde bien où on met les pieds.
DSCN0640
Le bureau local de la poste royale
DSCN0641
Du “bureau” du marquis, et dans les courants d’air, les randonneurs entendent l’histoire de Monlaur
DSCN0646
La chapelle à droite, avait été partiellement restaurée par les Monlaur à la fin du 17ème siècle.
DSCN0647
La cuisine (sous la voute) devait contribuer à chauffer la salle à manger juste au-dessus…
DSCN0650
Nos marcheuses, la tête dans le four, regarde sans doute si la cuisson du chevreuil chassé ce matin avance bien…
DSCN0652
Et là on s’étonne peut-être de la présence constante d’eau, au sommet d’une colline, et en pays sec, dans le puits du chateau (“même au mois d’août” nous dira notre sympathique guide)

 

 

Aspères et fils

Bon, c’est presque un lendemain de fêtes, je me donne des excuses pour ce titre “zéro pour cent humoristique” comme diraient mes enfants… On était donc 18 ou 19 exactement, on n’a jamais su, et on a randonné quelque 12kms (ah quand même) autour du petit village d’Aspères, dans le Gard voisin, peuplé de 534 Aspèrois. On a rencontré pas mal de cailloux, pas mal de flaques d’eau, mais aussi pas mal de ciel presque bleu dans une semaine qui n’en verra pas beaucoup. Avec toutes les gateries apportées par les uns et les autres et l’excellente bouteille de vin de Ghyslaine, la journée de reprise était presque parfaite: manquait Jean-Luc, qui nous avait annoncé la veille sa bonne résolution de nouvelle année: marcher enfin sérieusement avec nous… pour nous envoyer un second message le matin même annonçant qu’il ne la tiendrait pas !!!

Tant pis pour lui. Voilà les photos:

DSCN0595
Les Aspèrois nous informent…
DSCN0596
À l’angle du vieux cimetière…
DSCN0597
La félicité ne durait pas toujours bien longtemps à l’époque de Félicie SICARD… une des nombreuses tombes ornées d’un coeur dans le cimetière abandonné du vieux prieuré.
DSCN0598
Une des belles arches de l’ancienne bergerie.
DSCN0606
Poussez-vous, j’veux voir la vue aussi !!!
Version 2
Et que voilà un joli groupe de joyeux randonneurs du dimanche !
DSCN0618
mais qui a laissé ses tongs au pied de l’arbre un 3 janvier ?
DSCN0604
On notera l’esprit de grande tolérance de notre association: tous les couvre-chefs sont permis !

 

Autour de Corconne

Autre répétition ce dimanche (28 septembre) avec la ballade Vacquières-Corconne-Brouzet, en passant pas (1) la jolie rue de la Calade à Corconne, (2) le pont du diable, (3) la chapelle où Monique doit absolument tirer la cloche et (4) la cave coopérative de Corconne et son vin rosé médaille d’or du concours général… après, plus personne ne se souvient de rien.

Et la carte postale…

CP Corconne

Cascade d’Orgon

Mieux vaut tard que jamais… c’était (déjà) dimanche dernier. Une rando déjà faite, en solitaire, il y a environ deux ans. Un seul inconvénient, c’est loin. Surtout si on passe par les (jolies) petites routes de Jean. Mais les forêts du Massif de l’Aigoual sont magnifiques. Et le beau temps était là.

Nouveauté: la carte postale (je sais, les cartes postales, c’est has been, mais je ne suis pas non plus un perdreau de l’année).

CP Orgon

Notre rando corse

En visite chez les parents de notre prince Charles, un mois et demi, accompagnés des arrière-grands-parents suisses, on a trouvé une journée pour s’extraire du petit paradis où ils nous avaient installés et aller marcher avec les copains randonneurs Saussinois (pour le plus grand nombre: Saussinois d’adoption, un dimanche sur deux). Un petit bout de GR20, entre le col de Bavella et le petit refuge de Paliri, à quelque deux heures de là. Et d’où l’on a, tu as bien raison Jean, une superbe vue sur les aiguilles de Bavella.

Un très joli chemin dans la forêt, assez fréquenté bien sûr mais beaucoup moins que d’autres tronçons du même GR, même si trouver une place de stationnement au col n’est pas si simple. Et on n’est qu’en juin!

Au risque de me faire traiter de tous les noms – je prends le risque en songeant que la saison des randos “officielles” est terminée et que d’ici la rentrée ils auront tous oublié ce mauvais coup… bref, ayant entendu certains réclamer quelque peu de la qualité de la cuisine de leur hébergement (“une semaine en Corse sans manger du poisson”, etc.) j’ai craqué le soir même, le diner ayant été préparé par mon gendre et ses associés de la Paillotte du Rupione (une bonne adresse, le midi, sur une très belle plage). D’où les dernières photos.

Aïe, aïe, aïe, ils vont me tuer !

SONY DSC
Départ du col de Bavella, 1218m
SONY DSC
Les aiguilles du même nom.
SONY DSC
2h15 plus tard, le refuge de Paliri
SONY DSC
Derrière le refuge, vue vers la mer.
SONY DSC
Fenêtre au-dessus du refuge. On peut y monter en 2h, avec un minimum d’équipement, par une petite via ferrata.
SONY DSC
Dure la vie des arbres par ici…
SONY DSC
Elle fonce en tête, sur le chemin du retour…
SONY DSC
Arrivés! Jean applique le sacro-saint principe “après l’effort…”
SONY DSC
En entrée: chapons et langoustes.
SONY DSC
Dur de se décider…
SONY DSC
le plat de résistance: des corbs.