Le mystère Henri Pick, de David Foenkinos ****

capture d_écran 2019-01-18 à 16.12.23

C’est une phrase de Bernard Pivot, dans le Journal du Dimanche, qui résume le mieux ce petit roman: “le récit d’une supercherie littéraire. Astucieuse, amusante, cruelle”. Tout est dit. C’est une supercherie inattendue. L’idée est très astucieuse. Le ton est amusant. Le monde de la littérature est un monde cruel.

En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Ainsi, il reçoit toutes sortes de manuscrits. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu’elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l’écrivain et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n’a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses… Aurait-il eu une vie secrète ? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick va devenir un grand succès et aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire. Il va également changer le destin de nombreuses personnes, notamment celui de Jean-Michel Rouche, un journaliste obstiné qui doute de la version officielle. Et si toute cette publication n’était qu’une machination?

J’ai beaucoup aimé. Le livre fait partie de la catégorie “une fois commencé…” Une citation:
Selon lui, la question n’était pas d’aimer ou de ne pas aimer lire, mais plutôt de savoir trouver le livre qui vous correspond.

acheté chez Folio Poche, et j’ai eu beaucoup de plaisir pour seulement 8 € dépensés.

Entre Aspères et Saint-Clément

Balade de Mamie Mo n°2. Sur le journal local, elle est annoncée comme longue de 9 km, et faite en 3h. Je l’ai faite deux fois, dimanche en reconnaissance et aujourd’hui avec les copains. 7,2 km les deux fois, en 2h (1h30 seul en reconnaissance). Je me suis dit “le gars qui a écrit ça ne sait pas compter”. Et j’ai maintenant la preuve (voir photo du pont). Il écrit qu’à un moment on débouche “sur le splendide pont à une seule arche”. 🤣🤣🤣 même jusqu’à deux il ne sait pas compter ! Bon… il annonce aussi que l’eau du Quiquilhan (Pagnolesque le nom du ruisseau, vous ne trouvez pas?) est à 17° toute l’année. On a envoyé Papy Po pour confirmer (photo), c’est vrai. De là à parler d’eau chaude (3ème photo). C’est peut-être un chti qui a baptisé le chemin ?