Chemin de Compostelle, une pause humide à León

Moralité: il ne faut vraiment pas arriver trop tôt. La gentille petite rue tranquille, hier après-midi, s’est transformée le soir avec l’ouverture d’un bar à tapas juste à côté de l’hôtel… et juste en dessous de la chambre qu’on m’avait gentiment donnée tout de suite, la mienne n’étant pas prête à l’heure où je suis arrivé. Comme partout en Espagne, les bars peuvent mettre quelques tables hautes ou des tonneaux dans la rue, sans chaise, autour desquels les gens restent debout, à boire, discuter quelque fois très fort, rire, voire chanter, l’alcool faisant croire à certains qu’ils sont devenus de vrais Pavarotti… J’ai dormi de 4h à 6h ce matin, et encore, grâce aux boules de cire dans les oreilles. Le réceptionniste ce matin s’est confondu en excuses, m’a offert le petit déjeuner et a rapidement organisé un changement de chambre: je dormirai ce soir sous les combles, à l’opposé de la rue. Très bien.

Et la visite de Léon ? En courant sous les gouttes… jusqu’à ce que courir ne suffise plus. Je terminerai en toute fin de journée, où des éclaircies sont annoncées. Mais il devrait pleuvoir demain sur le chemin !

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s