Chemin de Compostelle, étape n°15

Plat de chez plat. Le guide dit: “dénivelé insignifiant”. Les 5-6 premiers kilomètres sont parcourus le long du canal de Castille, un canal similaire au canal Philippe Lamour en Languedoc: il sert à l’irrigation des terres agricoles adjacentes. Après Fromista, et jusqu’à l’arrivée à Carrión de los Condes, on marche sur un petit chemin parallèle à la route départementale, heureusement déserte un dimanche matin de Pentecôte. Rien de bien folichon sur ce chemin. Alors on ne boude pas ses petits bonheurs simples, comme le petit déjeuner dans le seul bistrot de Fromista ouvert ce dimanche, un jus d’oranges pressées devant moi, une part de tortilla espagnole chaude, puis un bon expresso pour faire passer le tout. Où ce petit chat noir, tache blanche sur le cou, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à un certain Méphisto saussinois, qui vient se frotter à mes jambes quand je m’arrête à l’entrée de Población de Campos et l’appelle. Ou cette odeur de foin qui sèche au soleil dans le champ adjacent. Où le champ qu’on irrigue et l’agriculteur qui observe et que j’interroge: “semillas de remolacha” me dit-il. Des semences de betterave.

J’ai marché un moment à coté d’un français tirant un charriot artisanal à une seule roue. Trop content, moi-même, d’en avoir deux, beaucoup plus grandes que la sienne, avec le sac posé dessus, qui rase le sol. Et obligé de le tenir à deux mains, faute d’équilibre, donc sans pouvoir utiliser ses bâtons.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s