Chemin de Compostelle, étape n°10

Belorado. Tout le monde sait où c’est ? Bon, bien sûr, c’est…

DSC_0084

… sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Vous aviez trouvé. C’est aussi dans la région de Castille et Léon, on est sorti de la Rioja et on ne peut pas l’ignorer:

DSC_0058

Les 22 km du jour, parcourus sous un ciel gris, sans pluie, et une température presque hivernale – 6° (positifs) au départ, maxi de 13° à l’arrivée… idéale quand même pour le marcheur, les 22 kms, donc, sont passés comme une lettre à la poste. À 12h30 j’avais trouvé mon hôtel-restaurant. Douche, changement de tenue, pieds nus en éventail et prêt pour une salade chèvre chaud en regardant les cigognes au-dessus du clocher situé juste derrière l’hôtel (et la salle du restaurant).

La rencontre du jour? Un couple de français, de Bayonne. Partis fin avril, une dizaine de jours avant moi, et bloqués à Los Arcos à cause du dos de monsieur. Ils sont rentrés chez eux dans la matinée: quatre autobus, mais avec des fréquences telles qu’ils n’ont jamais attendu leur correspondance. Super système de transport public! Massages et une semaine de repos, et ils sont repartis de Los Arcos. Leurs vacances ne durant qu’un mois (tout le monde n’est pas en vacances permanentes), ils s’arrêteront sans doute à Léon, pour finir le chemin l’an prochain.

Si quelqu’un s’étonne des chaussures roses (voir photo ci-dessous), c’est la conséquence des 29 km entre Logroño et Nagera. J’étais arrivé avec la plante des pieds un peu chaude et, examinant la semelle de mes baskets, je l’avais trouvée un peu fine… Je suis donc entré dans la boutique de sports des opportunistes locaux, pour me voir suggérer des chaussures de trail. Avantages: largeur du pied (toutes les Salomon, beaucoup plus chères m’ont été déconseillées parce que plus étroites), souplesse du dessus en toile aérée, épaisseur de la semelle pour éviter de trop sentir les cailloux… et prix – une des chaussures les moins chères de la boutique, de marque espagnole (made in China, of course). Et hop me voila transportant trois paires de chaussures + une paire de sandales. Je connais quelqu’un qui va dire que je vais bientôt pouvoir ouvrir une boutique de chaussures de randonnée de deuxième main… euh non, de deuxième pied.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s