Une soirée avec Janine Teisson

Les absents ont toujours tort. Pas plus de monde que d’habitude hier soir, lors de notre “apéro-culture”, le millefeuilles de la médiathèque de Saussines, malgré un gros effort de publicité. Et pourtant nous recevions une écrivaine prolifique – plus de quarante ouvrages à son actif – ayant publié cette année deux livres remarquables: Janine Teisson.

Le douzième corps est paru dans une toute petite collection, polars, d’une toute petite maison d’édition (qui connait le chèvre-feuille étoilé?). Et à peine ouvert, on découvre un superbe roman historique. L’histoire nait en 1944, déjà presque la fin de la guerre. La compagnie Das Reich se retire du sud-ouest de la France pour aller porter main forte aux troupes qui se battent plus au nord. Cette retirada s’accompagne d’attaques incessantes par les résistants français, et de représailles par les troupes allemandes. Janine Teisson a construit son intrigue à partir d’une histoire bien réelle, révélée soixante ans après les faits par un vieil homme de 92 ans sur son lit de mort: il a participé au massacre de prisonniers allemands, des jeunes soldats épuisés qui s’étaient rendus dans les jours précédant, en représailles au massacre d’une douzaine d’hommes de son village par les troupes en retrait. Le roman fait de l’un d’entre eux le grand amour d’une jeune française, Marguerite. Un amour interdit, un amour condamné, mais l’amour de toute une vie. Quand la mémoire de Marguerite s’effacera, dans la maison de retraite où elle vit ses dernières années, il ne lui restera plus que ce souvenir, toujours aussi vivant. Et sa petite fille, désespérément, et dangereusement, cherchera à savoir ce qu’il est advenu du beau Hans, depuis sa dernière lettre, postée de ce petit coin de France, en 1944.

Janine Teisson nous a aussi lu une nouvelle, liée à un épisode douloureux de la libération, Brushing, qui fait partie de Repas de fiel, l’autre livre remarquable évoqué plus haut, un recueil de vingt toutes petites nouvelles publiées dans la collection Les Lunatiques, chez Le mot fou éditions.

Une soirée… R E M A R Q U A B L E, quoi!

PS. Ces deux ouvrages méritent bien ****

.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s