Tout n’est pas perdu, de Wendy Walker ****

walker-tout-pas-perdu
Entrer une légende

Après la déception Nicolas Mathieu, je suis tombé, totalement par hasard, sur le premier roman de Wendy Walker publié en France, Tout n’est pas perdu. Dont acte. Cette jeune auteure est une perle. Elle réussi à produire un livre hybride, avec un côté cette fois indiscutablement polar, mais aussi et surtout avec un fond psychologique, sociétal, humain complexe et intéressant. Les personnages principaux sont des victimes ou leurs proches, le lien entre eux le psychiatre qui les suit tous. Un thriller, avec sa dose de suspense, l’éclaircie n’apparaissant que dans le tout dernier chapitre. Pas étonnant que le cinéma se soit rué sur cette histoire. Moi j’attends la prochaine, pour confirmation.

Alan Forrester est psychiatre dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a fait l’objet d’un traitement post-traumatique afin d’effacer le souvenir d’une terrible agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l’a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d’Alan, tous lui confient leurs pensées les plus intimes, laissent tomber leur masque en faisant apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Parmi eux, Charlotte, la mère de Jenny, et Tom, son père, obsédé par la volonté de retrouver le mystérieux agresseur.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s