A dangerous fortune, de Ken Follett ****

la-marque-de-windfield-432817

L’auteur du Code Rebecca et de l’inoubliable fresque des Piliers de la Terre nous emmène ici, avec sa prodigieuse science de l’intrigue, au cœur de l’Angleterre victorienne.
En 1866, plusieurs élèves du collège de Windfield sont les témoins d’un accident au cours duquel un des leurs trouve la mort. Mais cette noyade est-elle vraiment un accident ? Les secrets qui entourent cet épisode vont marquer à jamais les destins d’Edward, riche héritier d’une grande banque, de Hugh, son cousin pauvre et réprouvé, de Micky Miranda, fils d’un richissime Sud-Américain.
Autour d’eux, des dizaines d’autres figures s’agitent, dans cette société où les affaires de pouvoir et d’argent, de débauche et de famille, se mêlent inextricablement derrière une façade de respectabilité…

Ken Follett est un remarquable conteur. Dès le premier chapitre on est scotché par les personnages, l’ambiance, l’intrigue compliquée, le contexte historique. C’est peu Dallas dans la city à la fin du XIXème siècle – pas étonnant que nombre de textes de Follett aient inspiré les cinéastes – avec toute une séries de rebondissements, jusqu’à la fin tragique des vilains et la fin heureuse espérée pour les gentils de l’histoire. Bref, s’il n’y avait que la petite histoire je n’aurais pas mis plus de trois étoiles, mais il y a aussi la manière, le savoir-faire qui scotchent, et le bon moment passé justifie amplement la quatrième (étoile).

Titre français: la marque de Windfield (Laffont, 1994)

lu en anglais comme Kindle ebook

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s