Lontano, de Jean-Christophe Grangé *

 

GrangéÀ éviter. Ça semblait partir de façon originale et intéressante. Et puis cela tombe dans le caricatural à tous les niveaux, dans la science fixion, et ça n’en finit plus. Tous les personnages sont des caricatures. Grangé réussit à caser dans un seul bouquin tout ce que le monde francophone compte de tarés en tous genres. Il introduit un criminel potentiellement intéressant, du type tueur en série copycat d’un ancien malade décédé. Mais la solution est tellement tirée par les cheveux et impossible scientifiquement, qu’on se sent malade d’avoir perdu tant de temps à lire pour en arriver là. C’est du grand n’importe quoi. Plutôt farce que policier. Je ne suis pas prêt à lire un autre Grangé !

Le père est le premier flic de France. Le fils aîné bosse à la Crime. Le cadet règne sur les marchés financiersLa petite soeur tapine dans les palaces. Chez les Morvan, la haine fait office de ciment familial. Pourtant, quand l’Homme-Clou, le tueur mythique des années 70, ressurgit des limbes africaines, le clan doit se tenir les coudes. Sur fond d’intrigues financières, de trafics miniers, de magie yombé et de barbouzeries sinistres, les Morvan vont affronter un assassin hors norme, qui défie les lois du temps et de l’espace. Ils vont surtout faire face à bien pire : leurs propres démons.

Les Atrides réglaient leurs comptes dans un bain de sang. Les Morvan enfouissent leurs morts sous les ors de la République.

Bilqiss, de Saphia Azzeddine ****

Bilqiss“Vous priez encore Dieu?
– Bien sûr. Pourquoi ne le ferais-je pas?
– Eh bien, il me semble qu’Il vous a abandonné ces derniers temps.
– Allah ne m’a jamais abandonnée, c’est nous qui l’avons semé.”

Bilqiss est l’héroïne de ce roman: c’est une femme indocile dans un pays où il vaut mieux être n’importe quoi d’autre et si possible un volatile. On l’a jugée, on l’a condamnée, on va la lapider. Qui lui lancera la première pierre? Qui du juge au désir enfoui ou de la reporter américaine aux belles intentions lui ôtera la vie?

Dans une ville et un pays jamais cités, Bilqiss, mariée à 13 ans à un homme de 46 ans, est jugée pour avoir dit la prière en lieu et place du muezzin un matin où ce dernier ne s’était pas réveillé la faute à la cuite de la veille, et tant pis si un bon musulman ne boit pas. Récit à trois voix, celle de Bilqiss, qui attend la mort comme une délivrance, celle du juge qui tombe sous le charme de sa parole et de son intelligence, et celle de la reporter américaine qui doit apprendre à voir et entendre autre chose sur les femmes dans le monde musulman que les clichés que serine un occident autiste.

C’est un tout petit livre, très vite lu. Recommandé lors du dernier “millefeuilles” de la médiathèque de Saussines.

Collias, premier dimanche d’été

Collias, dans le Gard (vous savez, le pays à l’est de chez nous), une heure de Saussines. Une randonnée d’une douzaine de kilomètres: on grimpe sur la crête au nord du Gardon, six kilomètres vers l’ouest, on descend sur les berges de cette belle rivière, pique-nique, et on refait les six kilomètres dans l’autre sens, mais cette fois au bord de l’eau. 10 avril, mais premier dimanche d’été… et on n’était pas les seuls à avoir pensé que c’était presque ça.

Photos:

DSCN0851
La garrigue en fleurs pour commencer. Couleurs et odeurs; Ici le ciste en abondance…
DSCN0853
et là l’iris nain (jaune).
DSCN0854
Le Gardon n’est pas aussi large en été (le vrai), mais le 10 avril la vue de la crête valait le coup.
DSCN0859
26 randonneurs ce 10 avril (record égalé). Notez que si l’on amène le groupe sur un balcon avec une vue magnifique, il y en a deux ou trois qui admirent le paysage…
DSCN0860
La vue juste avant la descente.
DSCN0863
Saussines compte deux clubs de randonnée. Il y en a un qui s’appelle “les randonneurs saussinois” et un autre avec lequel les Saussinois (et leurs nombreux amis) randonnent. Donc, ce 10 avril, le groupe était honoré de la présence du maire et de trois de ses quatre adjoints !
DSCN0864
Et la randonnée du jour était guidée par Francis qui, comme on le voit sur cette photo était pingouin dans une vie antérieure (ou bien il est né à Hammerfest, en Norvège, je ne me rappelle plus très bien – mais c’est l’un ou l’autre)
DSCN0866
Un pique-nique inoubliable. On a commencé par un rosé/gris de ne sais plus où, mais servi frais, un plaisir, suivi d’un excellent Faugères, pour terminer par un Pic Saint Loup remarquable. Seul bémol, François avait oublié le digestif…
DSCN0873
Plus haut qu’en été (le vrai). Il a fallu se déchausser pour passer ce petit coin (la haut à droite de la photo)…
DSCN0876
Et on est revenu à Collias, la ville où les platanes ont faim.