Les vacances d’Hercule Poirot***, suivi de cinq petits cochons****, d’Agatha Christie

AC-1941-1944

En panne de livres de ma bibliothèque préférée, la faute aux vacances de fin d’année, je me suis replongé dans une des compilations des romans d’Agatha Christie qui remplissent les rayons “policiers” de notre bibliothèque. Deux très bons livres, le second encore meilleur que le premier.

Les vacances d’Hercule Poirot rassemblent sur un coin isolé (ce n’est pas un trin mais une île) un petit nombre de personnages qui semblent être ce qu’ils ne sont pas, venant de passés qui n’ont pas toujours été sans se croiser. La situation du triangle amoureux n’est pas non plus ce qu’elle semble être. Pour la solution du mystère, Agatha Christie fait appel à une ficelle un peu grosse, celle du meurtrier qui ne doit pas en être à son coup d’essai et la comparaison avec d’autres affaires. C’est beaucoup moins subtil que l’intrigue du deuxième roman.

Les cinq petits cochons constituent un modèle dans le roman policier. Ce n’est pas un “cold case” au sens où l’affaire qui a eu lieu 16 ans plus tôt ne s’est pas traduite par un classement sans suite mais bien par une lourde condamnation. L’accusée, sur son lit de mort, écrit son innocence à sa fille, qui confie une nouvelle enquête à Hercule Poirot. Celui-ci interrogera les cinq protagonistes encore vivants, puis chacun lui redigera sa version des faits. Il posera ensuite à chacun une dernière question avant la classique réunion finale, pleine de rebondissements, où Poirot finira par désigner le ou la véritable coupable. Un suspense digne des meilleurs thillers d’aujourd’hui.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s