L’herbe des nuits, de Patrick Modiano **

lherbedesnuitsTous les lecteurs, ou presque, lui mettent cinq étoiles. C’est du Modiano, n’est-ce pas? J’ai trouvé ce petit livre bien ennuyeux. Déambulation dans un Paris gris, comme mal dessiné, et qui a disparu (Modiano nous le repète mille fois), avec des personnages gris, troubles (parait-il) dont on ne saura jamais dans quelle histoire ils trempent. Quelqu’un est mort, on ne saura jamais qui. Dannie l’a tué, par accident? Un policier classe l’affaire. Et que dire du narrateur, qui s’éprend de cette femme aux multiples identités et lieux de résidence, qui ne lui dévoilera pourtant rien, ni de son passé ni de son présent, ni de ce qu’elle aime ou pas, l’éternelle inconnue? “Qu’est-ce que tu dirais si j’avais tué quelqu’un?” Rien dans tout le livre n’est plus précis que cette question…

De la grande littérature, sûrement. J’ai sans doute l’esprit trop simple pour y prendre le moindre plaisir. J’aime les couleurs, pas tout ces gris.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s