Mille femmes blanches, de Jim Fergus ****

millefemmesblanches Le point de départ du roman est une visite de Little Wolf, chef cheyenne, à Washington DC en septembre 1874, au cours de laquelle il demande au président Ulysses S. Grant mille femmes blanches en échange de mille chevaux pour permettre la survie de la tribu et surtout permettre une intégration des descendants dans la civilisation blanche. En réalité, si Little Wolf est effectivement venu à Washington en 1873 (et non 1874), la teneur de ses propos est restée inconnue.

Dans le roman la population s’offusque, mais en coulisse, cette idée fait écho et une centaine de femmes (dans leur majorité des femmes emprisonnées ou internées en asiles psychiatriques — en échange de leur liberté — ainsi que quelques femmes très endettées ou sans famille) se portent volontaires dans un programme secret appelé FBI (Femmes Blanches pour les Indiens) pour vivre pendant deux ans au milieu des « sauvages ».
Le livre est présenté sous forme des carnets intimes d’une de ces femmes, May Dodd, retrouvés dans les archives cheyennes par J. Will Dodd, un des descendants de celle-ci. Le livre dénonce la politique du gouvernement d’alors vis-à-vis de ceux qu’il considérait comme des « sauvages ». Par le biais du journal de May Dodd, il présente d’un point de vue féminin le peuple indien, et leur grande naïveté qui les a perdus.

Le livre (publié en 1997), nous dit-on, a eu un plus grand succès en France qu’aux Etats-Unis. A peine surprenant quand on sait combien l’Amérique a encore du mal à sortir de son passé esclavagiste, et à reconnaitre les abus commis contre toutes ses minorités, au nom de Dieu (sans rire) ! C’est un roman très critique de ces pages de l’histoire américaine, à peine un roman historique, mais l’auteur sait nous faire pénétrer dans la vie quotidienne des “sauvages” avec les yeux d’une femme blanche qui a fuit l’internement psychiatrique imposé par sa famille pour avoir vécu un amour hors mariage. Elle découvre, entre autres choses, que ces peuples vivaient en parfait équilibre avec la nature jusqu’à ce que les colons blancs détruisent leur “écosystème” en tuant leurs bisons, envahissant leurs terres ancestrales au nom du plus fort, et en important alcool et maladies. Les derniers survivants finiront dans des réserves où on les forcera à passer d’une vie de chasseurs nomades à une vie d’agriculteurs sédentaires pour laquelle ils n’ont aucune aptitude. C’est bien écrit. Le style – le journal d’un témoin – est agréable. Une très bonne lecture.

Emprunté à la médiathèque du Pays de Lunel

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s