Une part de ciel, de Claudie Gallay ****

partdeciel

Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-bous. Elle retrouve son frère et sa soeur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Garde forestier, Philippe rêve de baliser un sentier de randonnée suivant le chemin emprunté par Hannibal à travers les Alpes. Gaby, la plus jeune, vit dans un bungalow où elle attend son homme, en taule pour quelques mois, et élève une fille qui n’est pas la sienne. Dans le Val-des-Seuls, il y a aussi le vieux Sam, pourvoyeur de souvenirs, le beau Jean, la Baronne et ses chiens, le bar à Francky avec sa jolie serveuse…

La quatrième est trop longue et je m’arrête ici. Coïncidence, j’ai commencé ce livre pendant ma semaine de randonnées dans les Alpes… en été. La neige, le froid, la nuit sont partout dans le roman. C’est l’histoire d’une famille, dans une vallée retirée qui se mobilise pour ou contre son développement en nouvelle station de ski. Comme les autres romans de Claudie Gallay, l’histoire – tellement ordinaire de beaucoup de ses personnages – est vraiment bien écrite. “On s’y croirait” parce que le contexte est là, comme les maisons du village, le froid, la neige ou la forêt, tout très bien rendu. Ce qui n’est pas ordinaire et les a tous marqués profondément, c’est l’enfance des trois frères et soeurs, leur maison brûlée et ce père, toujours absent, que l’on attend…

Prêt à lire un autre roman de cette auteure.

Emprunté à la médiathèque de Saussines

La voix, de Arnaldur Indridason ***

arnaldur-indridason-la-voix

Il ne manque plus que quelques jours avant Noël et le portier de ce grand hôtel de Reykjavik, et prère Noël occasionnel, Gudlauger, a été retrouvé mort, poignardé dans sa chambre, dans une situation sexuellement compromettante. Le gérant de l’hôtel veut à tout prix cacher ce meurtre à ses clients mais le détective Erlendur découvre rapidement que derrière les bonnes apparences de l’hôtel se cachent un certain nombre de pêchés. Si le personnel comme les clients ont un certain nombre de choses à cacher, c’est la victime qui est le personnage le plus étonnant: de nombreuses années en arrière, il était le plus célèbre enfant chanteur de son pays. Cette gloire éphémère est-elle liée à sa mort? Ou bien tout n’est qu’une affaire de famille, liée au père et à la soeur dont il est séparé depuis toutes ces années?

Un bon Indridason, le troisième de la série (2003)… qui manquait encore à notre collection. Attention, il ne faut pas lire les romans d’Indridason de façon trop rapprochée parce que si les intrigues ne se ressemblent pas, le contexte (solitude, drogue, relations parents-enfants) est franchement répétitif – c’est le risque de la série avec les mêmes personnages/héros et leurs éternels problèmes personnels.

Lu en anglais (Voices)

La randonnée du Nid d’Aigle *****

Le départ se fait depuis le parking du Crozat, à la sortie du hameau de Bionnassay. On suit les panneaux indiquant le Nid d’Aigle. 1008m de montée, avec quelques passages difficiles, facilités par des câbles et des marches en acier. Quelques belles prairies fleuries avec d’attaquer ces difficultés. Le retour à pied – sans grand intérêt – aurait pu être évité avec le train à crémaillère entre Nid d’Aigle et Col de Voza, peu au-dessus du parking. Au Nid d’Aigle, très fréquenté, se croisent les familles en baskets (montés par le train) et les alpinistes qui retournent de leur ascension du Mont Blanc. Tous sont accueillis par un troupeau de bouquetins vraiment peu sauvages. On a même l’impression que certains prennent la pose pour le plaisir des photographes…

P1010772
Dernier petit chalet de Bionnassay, avec son jardin de lupins…
P1010776
… et ses lys martagon.
P1010787
Dans la prairie au-dessus, les trolls et notre gentil organisateur, qui nous a concocté une superbe semaine de randonnées autour du toit de l’Europe. Un grand merci, Michel.
P1010806
Aperçu du glacier du Bionnassay, sous le sommet du même nom.
P1010828
Le chaos, dans le glacier.
P1010833
L’un des bouquetins – cabotins.
P1010849
Vous avez la carte postale ?
P1010868
Anémones à fleurs de narcisse.
P1010874
La portion aisée de la descente…
P1010878
A Bellevue, ça rumine…
P1010881
Dernière prairie et dernière vue sur le Mont-Blanc avant le retour aux voitures.

 

De l’Aiguille du Midi à la Mer de Glace *****

P1010690
Départ du téléphérique de l’Aiguille du Midi, et vue sur Chamonix.

Grand soleil sur les Alpes ce mardi. Départ de Chamonix. Le téléphérique de l’Aiguille du Midi nous emmène au Plan de l’Aiguille, puis de là au sommet de l’Aiguille du Midi. Le Mont Blanc est encore bien visible quand nous y sommes. Il se couvrira de nuages un moment, puis plus tard dans la journée. Peu importe. On en profite. Et on fait ‘le pas dans le vide”… presque tous. C’est le premier pas qui compte, comme en beaucoup de choses. Le second est plus facile. Après avoir mitraillé les montagnes aux alentours, et tous ces fous qui descendent dans la neige ou escaladent les pics-et-pics-et-colegram, on redescend au Plan de l’Aiguille d’où l’on part vers le Montenvers. La traversée passe sous les Aiguilles de Blaitière, les Grands Charmoz. Au point 2071m, on trouver une intersection où 2 choix sont possibles: à gauche on reste à flanc de montagne dans une partie boiséeet on rejoint la gare du Montenvers; ou, beaucoup plus intéressant, on prend à droite le sentier qui grimpe environ 200m puis passe au versant sud des Aiguilles de Chamonix d’où la vue est grandiose. Ensuite on redescent vers la gare du Montenvers. Là on prend les petites cabines qui amènent à la mer de glace. Première pour moi. Ke comprends que cette mer de glace n’est plus ce qu’elle était en voyant les panneau, dans la descente des 420 marches, qui indiquent le niveau du glacier en 2000 puis ceux qui suivent…

P1010696
En montant, le glacier des Bossons.
P1010702
Du sommet de l’Aiguille du Midi, départ de quelques cordées.
P1010709
Vue depuis l’Aiguille du Midi.
P1010718
… et le pas dans le vide !
P1010720
Grandes Jorasses à gauche, Dent du Géant à droite, depuis l’Aiguille du Midi.
P1010730
Au plan de l’Aiguille, départ de “la partie randonnée” de notre journée.
P1010745
Dans la traversée vers le Montenvers, les aiguilles de Chamonix…
P1010757
La Mer de glace
P1010760
Dans la mer de glace… rapide visite.
P1010768
Et remontée vers le petit train. 420 marches avec des panneaux indicateurs qui permettent d’apprécier le recul du glacier. Le panneau de droite indique la hauteur du glacier en 1990. Donc quelques mètres de hauteur en moins chaque année…

 

Randonnée du Col de la fenêtre ****

L’option choisie est une boucle, qui commence au parking de la Gorge. On monte à l’Etape, puis au Signal (1850m), par les télécabines. Et la marche commence – ce jour-là dans le brouillard, en direction du lac de Roselette, aperçu un instant. On monte à la tête du lac de Roselette où l’on rejoint un GRP qui se dirige vers le Col de la fenêtre (2245m). Juste en dessous de la fenêtre (restée ouverte, avec courant d’air) on a un bon abri pour le pique-nique. On redescend vers le refuge de la Balme (1706m) puis on suit le GR5-TMB (Tour du Mont Blanc) jusqu’au parking. Le brouillard s’est levé et la journée est agréable. Une très belle randonnée.

P1010642
On est resté un moment en se demandant de quel côté il pouvait être…
P1010646
Le trolle d’Europe
P1010651
autre renoncule blanche…
P1010659
le brouillard se lève au-dessus des rhododendrons
P1010661
En bordure de neige, les soldanelles.
P1010671
Gentianes bleue au milieu de la neige tombée la veille.
P1010674
Vue du col de la fenêtre
P1010675
Le… TPMB passe par là.
P1010681
Ce n’est pas une curieuse renoncule en fleur, mais en fruit. la pulsatille des Alpes.
P1010687
… et on est au pays du Beaufort, ne l’oublions pas !