The Golden Egg, de Donna Leon ***

goldeneggjpg

Je vais me contenter de reprendre (largement) le commentaire d’un lecteur (une lectrice plutôt) qui correspond complètement à ce que ressent à la fin de ma lecture: le n° 22  des enquêtes du commissaire Brunetti est sans route le plus noir jusqu’ici. Sûrement le plus dérangeant à un niveau personnel – pour Brunetti mutant que pour les lecteurs – parce que le crime implique une cruauté plus choquante que toute description de violence. Brunetti se bat contra les moulins à vent de la corruption dans la police vénitienne et dans route l’Italie moderne,  menant des enquêtes pas ordinaires, en nous promenant dans Venise.  On s’y croirait, au milieu des gens et de leurs habitudes.  Quelques clins d’oeil sur sa vie de famille, comme en opposition à la vie de la famille de la victime.  Peut être un peu moins d’humour que dans les autres romans de la série, mais plus de coeur, plus de ce qui nous touche. Attendez la traduction en français braves gens !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s