L’étrange disparition d’Esme Lennox, de Maggie O’Farrell **

EsmeLennox

Entre l’Inde et l’Écosse, des années 1930 à nos jours, l’histoire déchirante d’une femme enfermée, rejetée de la société et oubliée des siens. Un roman d’une beauté troublante, où s’entremêlent des voix aussi profondes qu’élégantes pour évoquer le poids des conventions sociales et la complexité des liens familiaux, de l’amour à la trahison. 
À Édimbourg, l’asile de Cauldstone ferme ses portes. Après soixante ans d’enfermement, Esme Lennox va retrouver le monde extérieur. Avec comme seule guide Iris, sa petite-nièce, qui n’avait jamais entendu parler d’elle jusque-là. Pour quelle étrange raison Esme a-t-elle disparu de la mémoire familiale ? Quelle tragédie a pu conduire à son internement, à seize ans à peine ? 
Toutes ces années, les mêmes souvenirs ont hanté Esme : la douceur de son enfance en Inde, le choc de son arrivée en Écosse, le froid, les règles de la haute bourgeoisie et, soudain, l’exclusion… Comment sa propre soeur, Kitty, a-t-elle pu cacher son existence à ses proches ? Et pourquoi Iris se reconnaît-elle tant dans Esme ? 
Peu à peu, de paroles confuses en pensées refoulées, vont ressurgir les terribles drames d’une vie volée…

Deuxième roman de Maggie O’Farrell et deuxième déception. En fait, c’est une superbe histoire, gâchée par le style déplorable de l’auteur qui saute d’une narratrice à l’autre, d’un espace dans le temps à un autre, le tout sans même une marque de chapitre ou tout autre signe, et vous laisse toujours plusieurs lignes comme un suspend avant de vous donner de quoi entrevoir qu’on a sans doute changé d’époque et/ou de narratrice. C’est exaspérant. Comme dans l’autre roman lu récemment, si l’histoire se passe en Ecosse elle aurait tout aussi bien pu se passer à Madrid ou à Paris. L’histoire, du moins le fond, est pourtant extraordinaire. C’est l’histoire de la toute puissance des pères de la petite bourgeoisie universelle au début du XXème siècle. De connivence avec le médecin de famille, ils pouvaient d’un simple geste décider de l’internement à vie d’un parent dérangeant. Esme ne veut pas se plier au carcan des convenances de ces petites gens qui se croient si grands, et elle en est cruellement punie.  Il est vrai qu’elle va pousser l’inconvenance jusqu’a se faire violer et en tomber enceinte. C’est donc bien une criminelle, n’est-ce pas? Sa famille la condamne à une mort légale, la perte de son enfant, l’enfermement à vie. Invraisemblable? Pas vraiment. Une histoire formidable, dont un bon écrivain aurait tiré un grand roman. Qu’on ne me propose plus de lire un Maggie O’Farrell.

 

Emprunté à la médiathèque de Lunel

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s