Seule Venise, de Claudie Gallay ****

Seule_Venise

A quarante ans, quittée par son compagnon, elle vide son compte en banque et part à Venise, pour ne pas sombrer. C’est l’hiver, les touristes ont déserté la ville et seuls les locataires de la pension où elle loge l’arrachent à sa solitude. Il y a là un aristocrate russe en fauteuil roulant, une jeune danseuse et son amant. Il y a aussi, dans la ville, un libraire amoureux des mots et de sa cité qui, peu à peu, fera renaître en elle l’attente du désir et de l’autre.

Un tout petit livre, à l’inverse des déferlantes, avec des chapitres très courts, des phrases de quelques mots. Et c’est étonnant, parce qu’avec ces quelques mots, ces petites phrases, les images apparaissent et on se sent à Venise. Et c’est pareil pour les personnages et leurs histoires qui s’entrecroisent. Claudie Gallay arrive à mettre beaucoup dans très peu. Je me suis pris à penser que j’aimerais savoir écrire comme elle. C’est une épure: quelques traits et on se sent déjà là, au milieu de ces gens. On les voit. Et on sent Venise comme si on y était. J’ai lu le livre en moins d’une journée, chose rare.

Emprunté à la Médiathèque de Lunel

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s