Profanes, de Jeanne Benameur ***

profanesAncien chirurgien du coeur, il y a longtemps qu’Octave Lassalle ne sauve plus de vies. A quatre-vingt-dix ans, bien qu’il n’ait encore besoin de personne, Octave anticipe: il se compose une “équipe”. Comme autour d’une table d’opération – mais cette fois c’est sa propre peau qu’il sauve. Il organise le découpage de ses jours et ses nuits en quatre temps, confiés à quatre “accompagnateurs” choisis avec soin. Chacun est porteur d’un élan de vie aussi fort que le sien, aussi fortune par des ombres et des blessures anciennes. Et chaque blessure est un écho.

Dans le geste ambitieux d’ouvrir le temps, cette improbable communauté tissée d’invisibles liens autour d’indicibles pertes acquiert, dans l’être ensemble, l’élan qu’il faut pour continuer. Et dans le frottement de sa vie à d’autres vies, l’ex-docteur Lassalle va trouver un chemin.

Jeanne Bennameur bâtit un édifice à la vie à la mort, un roman qui affirme un engagement farouche. Dans un monde où la complexité perd du terrain au bénéfice du manichéisme, elle investit l’inépuisable et passionnant territoire du doute. Contre une galopante tout-puissance du dogme, Profanes fait le choix déterminé de la seule foi qui vaille: celle de l’homme en l’homme.

J’ai aimé. Et hésité entre trois et quatre petites étoiles. On se laisse prendre à cette association improbable et s’attache aux personnages, tous complexes mais sympathiques. Une fois commencé je n’ai plus lâché le livre, lu en une seule journée.

(emprunté à la Médiathèque La Forge de Saussines)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s